Piqûres d’oursin, comment les gérer

 

 

Piqûres d'oursins, comment les traiter

Comme je le dis toujours quand je forme de nouveaux plongeurs ou lorsque j’accompagne des palanquées, la vie marine n’est jamais agressive… à condition de ne pas chercher les problèmes. Les attaques injustifiées d’animaux marins sont en effet extrêmement rares. La plupart du temps, c’est une action directe du plongeur qui a abouti à une blessure.

Si la règle numéro un reste de ne rien toucher sous l’eau, pour sa propre sécurité, mais aussi pour préserver les espèces marines, il n’en reste pas mois vrai que, parfois, une blessure peut survenir.

Pour les oursins, parler d’attaques serait un peu exagéré, il n’empêche que ce petit animal cause bien des soucis aux pratiquants de la mer.

Les blessures faites par les oursins

Je n’ai pas de statistiques précises, mais je pense qu’une grande partie des blessures causées par la vie marine sur les côtes française est due aux piqûres d’oursins. La classe scientifique de l’animal, échinoderme, est sans équivoque. La bête transporte ses piquants sur son dos. Rares sont les plongeurs à n’avoir pas souffert, une fois au moins, de la douloureuse pénétration de ces aiguilles cassantes dans un pied, une main ou, pour les moins chanceux, dans une fesse.

Que faire en cas de piqûre d’oursin ?

La première chose à faire pour traiter une piqûre d’oursin est, bien entendu, de sortir de l’eau. Il faut ensuite bien désinfecter la plaie avant de tenter de retirer la fragile épine à l’aide d’une pince à épiler (qui devrait toujours faire partie de la trousse de secours). L’opération peut s’avérer difficile en raison de la fragilité des épines qui ont tendance à se casser, laissant des débris sous la peau. Ne charcutez pas ! S’il n’est pas possible de l’extraire, mieux vaut se rendre chez un médecin. Attention également à l’endroit où est venu se ficher le fichu aiguillon. Je n’ai jamais rencontré le cas, mais j’ai entendu parler d’une personne qui s’était logée une épine dans la colonne vertébrale. Dès lors, il n’y a pas d’autre alternative que de prévenir les secours. Idem pour une artère transpercée, mais comme je vous le disais, je n’ai personnellement jamais été confronté à ces situations.

Gardez en tête qu’il n’y a pas d’urgence vitale à retirer immédiatement toutes les épines (sauf dans les deux cas cités plus haut, mais cela doit être fait par un professionnel). La priorité est d’éviter une infection et donc d’utiliser une solution adéquate. Si elles ne sont pas douloureuses, les épines peuvent parfaitement rester dans le corps plusieurs jours, voire bien plus, sans poser de problèmes. Il faut toutefois bien surveiller qu’une infection ne se développe pas et en cas de rougeur, direction immédiate le médecin qui prescrira peut-être un antibiotique.

Avoir une vaccination antitétanique à jour me semble une bonne idée pour un plongeur.

Moins sérieusement

Il existe aussi quelques astuces plus ou moins efficaces pour extraire les épines d’oursins. Elles n’ont pas de bases scientifiques ou médicales, mais je vous les livre quand même en vrac. À vous de voir si vous voulez les tester.

  • Versez du vinaigre blanc sur la plaie (pour dissoudre les composantes calcaires de l’épine).
  • Mettez une noix de vaseline sur la plaie et recouvrez d’un pansement.
  • Immergez si possible la plaie dans un bain d’eau tiède additionnée de Dakin (pour ramollir la peau).
  • Appliquez de l’urine fraîche (bon, faut pouvoir) ou de l’ammoniac.
  • Le Synthol en gel dissout, paraît-il, les épines en quelques heures.
  • La cire de bougie chaude versée sur la plaie et laissée plusieurs minutes et, paraît-il efficace (les épines ressortent lorsque l’on enlève la cire.
  • Le lait de papaye verte est, dit-on, très efficace. Les aiguilles ressortent seules au bout de quelques heures.
  • Enfin, une recette qui me semble originale : faire un mélange d’huile, de caramel au beurre salé et de cacao à appliquer en cataplasme. Attention tout de même si vous mangez le pansement après, il contient l’épine d’oursin…

En surfant un peu sur le web, on en trouve des dizaines. D’ailleurs si vous connaissez une méthode que vous avez vous-même testée avec succès, n’hésitez pas à la partager dans les commentaires.

3 comments

  1. Sans pratiquer le surf, une petite aide à la sortie naturelle peut être appréciable :
    on désinfecte la zone où sont les épines restantes, puis on applique généreusement du laxatif (oui oui) de type microlax/macrogol (demandez à votre pharmacien), mais en consistance gel/crème, et on met une compresse dessus si on ne veut pas en mettre partout : on enferme son pied dans du film alimentaire et on laisse toute la nuit.
    Le lendemain matin on nettoie, et on recommence le soir. Ce manège dure entre une semaine et dix jours, c’est sans douleur, et les épines sortent, même les plus grosses, c’est parfois surprenant de se dire qu’on avait ce bout de bâton dans le pied ! On peut les attraper à la sortie avec une pince à épiler ou délicatement avec une aiguille fine et désinfectée.

  2. j’habite aux Canaries et pratique su surf régulierement à des endroits où la mise a l’eau se fait sans les rochers et où il y a régulierement des oursins.
    Il est donc fréquent de terminer la session avec quelques “points noirs” sous les pieds.
    c’est un peu douloureux, surtout quelques heures plus tard, quand il faut mettre des chaussures pour aller travailler….
    Mes tips contre les oursins:
    1- immediatement retirer les épines qui dépassent et qui sont accessibles (cela tombe sous le sens).
    2- en sortant de l’eau, bien nettoyer la zone a l’eau douce (tant pis si on n’a plus a boire après, on ira prendre une bière).
    3 – désinfecter (alcohol, eau oxygènée, lingettes antisceptiques).
    4- avec une aiguille et en presionnant, on arrive a retirer quelques épines pas trop profondes.
    5- pour celles qui restent….. patience: je laisse le corps s’en occuper: naturellement, il va essayer de se débarrasser du coprs étranger.
    Cela va parfois créer une petite infection locale. Surveiller quotidiennement. en genéral, en deux jours, avec une micro- incision et en pressionnant, l’épine sortira avec le pue (qui aidera a l’expulsion).
    6- Pour ce qui reste, on finira vite par l’oublier.
    (il m’est arrivé de voir un épine sortir seule de mon talon 6 mois apres y être entrée…..)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *