Sous-marin le Souffleur, une histoire méconnue

Il y a quelques jours, France 3 diffusait un reportage sur le sous-marin le Souffleur. Voici quelques précisions sur l’histoire vécue par Marc Langleur et Erwan Savin.

Un plongeur est en apesanteur au dessus du kiosque du sous-marin le Souffleur
L’épave du Souffleur – Photo Erwan Savin

L’histoire sous-marine est souvent tragique. Ainsi, en juin 1941, le sous-marin le Souffleur disparaissait corps et bien au large des côtes du Liban. Une cinquantaine de marins français et plusieurs dizaines de tonnes d’acier furent instantanément effacés des écrans radars et du même coup de la mémoire des hommes par le souffle mortel d’une torpille britannique.

Les familles posèrent quelques pauvres plaques gravées sur des tombeaux vides, le deuil adoucit peu à peu l’absence, quelques photos en noir et blanc de jeunes gars en uniformes prirent la poussière sur les manteaux des cheminées… la banale histoire d’un drame de la guerre.

Soixante-dix-huit ans plus tard

Mais le destin est parfois joueur. Ainsi, 78 ans plus tard, le Souffleur et ses marins allaient sortir de l’oubli, grâce à Marc Langleur.

Plongeur de grand fonds, explorateur sous-marin passionné d’épaves, Marc entendit parler du mystère du Souffleur. Et le mystère c’est un truc qu’il adore. Il embarqua donc son copain Erwan Savin, photographe et vidéaste sous-marin pour une expédition destinée à visiter cette épave méconnue. Direction Beyrouth ! L’idée de départ n’était pas de faire une croisade pour les marins disparus en mer, mais simplement d’explorer une nouvelle épave.

Quelques jours plus tard, ils avaient réalisé de belles plongées, engrangé des images magnifiques et passé du bon temps. Mission accomplie, on rentre, merci pour tout et bonjour chez vous.

Photo sépia du sous-marin le Souffleur sur une mer calme. L'équipage est sur le pont
Le Souffleur avant son torpillage

Découvertes macabres

Sauf que, comme je vous le disais, le destin vous joue parfois des tours. Lorsque Marc et Erwan décidèrent de visiter ce petit musée privé, pour occuper les quelques heures qui leur restaient avant de prendre l’avion, ils ne se doutaient pas de ce qu’ils allaient trouver.

Au milieu d’un incroyable amoncellement d’objets hétéroclites, sorti de l’eau par un scaphandrier local, ils découvrirent une collection de crânes et d’ossements exposée dans des vitrines. Des restes humains ramenés du Souffleur. Choquant pour les deux aventuriers et plus encore lorsqu’ils apprirent que le scaphandrier avait déclaré ses trouvailles à l’ambassade de France et que rien n’avait été fait pour préserver les restes de ces soldats français.

Depuis son retour, Marc Langleur a pris de nombreux contacts avec les autorités, un reportage télé a été réalisé sur France 3. À tel point que le Ministère des anciens Combattants a annoncé que l’Ambassade fera bientôt inhumer les restes des marins du Soufleur.

Une vraiment belle histoire.

Vous pouvez revoir le reportage ici : Les marins oubliés du levant

9 comments

  1. Bonjour,

    Je suis responsable de l’information nautique au service hydrographique et océanographique de la marine (Shom) à Brest. Afin de mettre à jour les cartes devant Beyrouth (zone de responsabilité cartographique française) et notre base d’épaves, serait-il possible d’obtenir la position de l’épave pour vérifier si elle y figure déjà ou dans le cas contraire pour la porter.

    Si les démarches administratives entamées pour faire classer l’épave comme cimetière sous-marin protégé (comme c’est le cas pour de nombreuses épaves des guerres mondiales en Europe) devaient aboutir, il serait également intéressant de recontacter le Shom pour faire apparaître une zone interdite autour de l’épave.

    Ancien officier de Marine moi-même, je ne peux que souhaiter que nos aînés qui ont fait le sacrifice de leur vie soient traités dignement.

  2. Bonjour Stéphane,
    Il semble que le lien ne fonctionnait plus, je viens de le remettre à jour. Il vous suffit de cliquer sur ce lien, à la fin de l’article, pour accéder à la vidéo. N’hésitez pas à me recontacter si vous avez besoin de plus d’infos où si vous voulez entrer en contact avec Marc Langleur qui a fait la plongée sur le sous-marin. C’est un gars très gentil, il se fera un plaisir de discuter avec vous.

  3. Bonjour je suis le petit fils d’un frère d’un membre de l’équipage : Emmanuel Quentel quartier maître électricien, j’aimerais pouvoir montrer ce reportage à ma mère car cette disparition hante toujours notre famille. En vous remerciant,

  4. Bonjour Didier,
    J’ai transmis vos coordonnées à Marc Langleur et je vous ai envoyé un mail.
    Très bonne fin de journée.
    Bien cordialement

  5. Je suis le neveu de Maxime LESSIRE, matelot électricien DCD à bord du SOUFFLEUR, fils de Marie Jeanne lessire Épouse Menigaud sa sœur . Merci pour tous ces éléments. S’il était possible d’accéder à une copie du reportage Et d’obtenir des informations sur les suites données à la gestion de ossements découverts je pourrai alors partager tout cela avec ma mère. Bien cordialement et merci.

  6. BONJOUE SUIS LA NIECE D ‘UN DE SES MARINS LEON JOSEPH DANJOU ( J m appelle Maryse DANJOU HUILLET
    D ailleurs j ai fait les demarches pour qu il soit au mémorial des sous mariniers ce qui a été fait et j ‘en remercie les personnes qui ont fait le nécesssaire

    Effarée toute la famille d apprendre tout cela. Mon père étant décedé (son frère)
    me tiens moi et ma famille à votre disposition.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *