Respirer sur un détendeur en débit continu

Quand le détendeur s’emballe

Je pense que personne ne viendra me contredire si je dis que le détendeur est un élément vital en plongée sous-marine. Bien sûr, puisque c’est lui qui nous permet de respirer sous l’eau en abaissant, dans le deuxième étage, la pression venant du premier étage, à la pression ambiante. Dès lors, il va délivrer au plongeur de l’air à volonté et à la demande.

Le débit continue est une panne extrêmement rare sur un détendeur de plongée
Le détendeur doit être testé et entretenu

Le détendeur est d’une conception mécanique extrêmement simple ce qui limite au maximum les risques de pannes. Mais, malgré tout, un dysfonctionnement peut se produire et mettre le premier étage en débit continu (et pas en coupure d’air. C’est pour cela que les détendeurs modernes sont appelés à pannes sûres).

Pourquoi le débit continu ?

À cela, plusieurs raisons : le premier étage peut être mal réglé et fuser à la moindre pression sur le bouton de surpression ; il peut givrer, dans une eau trop froide (généralement aux alentours des 10 degrés) ; il peut enfin être simplement endommagé à la suite d’un choc ou d’un manque d’entretien.

Il faut donc apprendre à respirer sur un détendeur en débit continu. Chez PADI, cet exercice est appris dès la troisième plongée en milieu protégé de l’Openwater. Il se pratique dans un petit fond afin de parer à une éventuelle panique en cas de loupé.

Provoquer la panne

La technique est simple : à genoux, il faut mettre le détendeur en débit continu en tenant le bouton de surpression enfoncé (il y a très peu de chance qu’un débit continu se produise exactement à ce moment), tout en dégageant l’embout buccal d’un côté de la bouche pour laisser le flux d’air s’échapper et surtout pencher la tête sur le côté pour éviter que les bulles qui remontent n’arrachent le masque. On peut éventuellement utiliser la langue pour dévier les entrées d’eau. Bien sûr il faut inspirer par la bouche avec précaution.

Dans la réalité cet incident, qui n’a pratiquement aucune chance de se produire, met bien sûr fin à la plongée. L’exercice qui dure 30 secondes à pour but de vous permettre de regagner la surface à partir d’une profondeur raisonnable.

Je vous rappelle au passage que tous ces exercices se font avec un moniteur qualifié.

La traditionnelle vidéo

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *