Remiser son détendeur de plongée en fin de saison

Voilà, cet été un peu particulier (2020) va bientôt se terminer. Nombre d’entre-vous vont remiser le matériel en attendant les prochaines vacances d’été, les plongées en eaux turquoise, les sorties entre copains, les embruns fouettant le visage à bord des zodiacs sautant sur les vagues…

Mais, trêve de poésie et de romantisme, il faut penser à prendre soin de son précieux matériel.

Je vous ai déjà fait quelques articles sur l’entretien du dit matériel, mais je voudrais, cette fois, vous parler un peu plus précisément de vos détendeurs.

Prendre soin au quotidien de votre détendeur

Instrument vital s’il en est, je vous rappelle qu’il est fortement conseillé de le faire réviser par un professionnel, toutes les 100 plongées, ou tous les deux ans, ou dans l’intervalle préconisé par le constructeur. Cela dit, vous pouvez et vous devez en prendre soin au quotidien. Voici quelques opérations simples que vous pouvez réaliser vous-mêmes en fin de saison, avant de ranger votre détendeur.

La première chose à faire est de vérifier si le filtre du premier étage n’est pas oxydé. S’il l’est, de deux choses l’une. Soit vous avez les compétences pour le changer vous-mêmes et vous le faite, soit vous le faites changer lors de la révision.

Ensuite, il faudra vous intéresser aux connexions des flexibles (je ferai bientôt un article complet sur les flexibles de plongée).

Le matériel nécessaire, la procédure

Pour ces opérations, armez-vous :

  • d’une brosse à dent
  • d’essuie-tout
  • de Cotons-Tiges
  • d’une solution diluée de vinaigre blanc
  • des clés nécessaires pour démonter les flexibles côté premier étage et côté deuxième étage
  • d’un outil pour ôter les joints toriques (mais vous pouvez vous en passer)
  • de joints toriques
  • de graisse silicone
Ôtez les joints toriques et nettoyez les filetages à l’aide de la brosse à dents trempée dans la solution vinaigrée.
Voici un objet qui m’a sauvé plusieurs fois la vie sur des bateaux de plongée (au sens figuré, bien sûr). Ce petit réservoir étanche, à accrocher à sa stab (ou où vous voulez) contient un extracteur de joints toriques et plusieurs joints de secours.

Commencez par repousser les manchons de protection, puis dévissez les écrous côté premier étage. Ôtez les joints toriques et nettoyez les filetages à l’aide de la brosse à dents trempée dans la solution vinaigrée. Vous pouvez insister sur les parties entartrées avec le Coton-Tige, puis essuyez. Ensuite, remontez un joint neuf que vous aurez au préalable, légèrement enduit de graisse silicone (inutile d’en mettre une tonne).

Nettoyez les orifices des flexibles sur le premier étage, à l’aide de la brosse à dents, essuyez et remontez, en prenant soin de ne pas écraser le joint torique en serrant comme une bête.

Voilà, si vous n’êtes pas habilité à réviser les détendeurs, vous ne pouvez pas faire grand-chose de plus. Il ne vous reste qu’à ranger votre détendeur dans son sac, en prenant garde de ne pas plier les flexibles.

Un autre gadget sympa pour ceux qui veulent voyager léger. Sept grammes de graisse à emporter avec sois. Très pratique pour se dépanner sur le bateau.

Un détendeur est un appareil relativement simple et sûr, qui ne demande qu’un peu d’entretien pour durer de longues années. N’oubliez pas de bien le rincer après chaque plongée et évitez de le laisser traîner dans le sable, si vous sortez sur la plage.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *