Que faire en cas de perte de sa palanquée ?

Que faire si l’on perd sa palanquée ?

Normalement, cette situation ne devrait pas arriver si l’on respecte bien les consignes du directeur de plongée, mais nous ne sommes pas ici pour juger, mais pour donner des informations constructives. Car oui, cela arrive dans les faits. Alors, comment réagir ?

Que faire en cas de perte de sa palanquée
Un plongeur caché par des rochers ou une structure se repère facilement par ses bulles.

Se retrouver seul sous l’eau, surtout si l’on n’a pas beaucoup d’expérience, peut être particulièrement stressant. On s’est arrêté pour observer une langouste cachée dans une anfractuosité de rocher, on s’est attardé pour photographier un brin de corail dans une petite grotte… et soudain on s’aperçoit que les autres sont partis. C’est un grand moment de solitude.

Pas de panique

La première chose à faire comme toujours en cas de problème est de ne pas céder à la panique. Facile à dire, mais dans ce cas précis aucune menace immédiate n’est à redouter. Comme pour les cours de secourisme que vous avez peut-être suivis, appliquez la procédure : s’arrêter, réfléchir et agir.

S’arrêter va permettre de se calmer et de faire redescendre ses battements cardiaques. Ne foncez pas comme un malade dans n’importe quelle direction, vous risquez d’aggraver les choses. Vérifiez vos instruments : réserve d’air, profondeur, temps déjà passé en immersion… puis réfléchissez. Si vous plongez avec des personnes que vous connaissez, il est impossible qu’elles vous aient abandonnés, par contre votre binôme n’a pas fait son travail qui était de veiller sur vous, mais cela se réglera à la sortie en prenant en compte que vous non plus n’aviez pas veillé sur lui. Il est fort probable de toute manière que la palanquée soit toute proche. Remontez de quelques mètres, mais pas trop tout de même, et faites un tour (ou plusieurs) lentement sur vous-même. Ne cherchez pas à repérer les plongeurs, car la visibilité sous l’eau est très faible et les silhouettes se fondent avec l’environnement. Ce que vous devez repérer, ce sont les bulles, bien blanches et qui grossissent en remontant vers la surface.

Suivre le briefing

Si vraiment vous êtes perdu, dites-vous bien que votre guide de palanquée est déjà en train de se faire des cheveux blancs. Normalement, au cours du briefing, le DP vous aura donné les instructions à suivre dans cette situation : remontez lentement au bout du temps que vous avezdéterminé sur le bateau (une ou deux minutes) puis faites surface avec prudence, sans oublier de faire un tour d’horizon et de respecter bien sûr les paliers si vous en avez. Ensuite, attendez les restes de la palanquée qui ne devrait pas tarder à faire surface elle aussi et signalez-vous au bateau s’il est en vue.

Ne pas se perdre

Même si cette situation n’est pas catastrophique en elle-même, elle peut tout de même vite dégénérer et l’idéal serait de ne pas en arriver là. Si vous voulez vous arrêter pour une raison ou une autre, attirez l’attention du reste de la palanquée ou tout au moins de votre binôme.

One comment

  1. Une mauvaise expérience mais qui a servit pour la suite ,J’ai eu dans mes débuts de plongeur un souci technique (mon gilet s’est gonflé d’un coup et m’a remonté a grande vitesse vers la surface, juste apres avoir fait signe a mon binôme que tout allait bien) par manque d’expérience j’ai paniqué pas par peur mais par la pensée de pas avoir pu maitrisé mon matériel qui m’a éloigné de mon instructeur et qui devait me chercher.L’instinct m’a fait replonger de suite a sa recherche ce qui m’a surement sauvé car sans le savoir je faisais mon palier de sécurité en étant redescendu au fond dans les 15 m .Puis je me suis dit que malgré la houle en surface on pourrait mieux se retrouver . Après l’engueulade des retrouvailles on a eu du faire des efforts pour rejoindre le bord et j’ai pu donner mon explication en disant que tout allait bien grosse faute car j’avais déja des maux de tète /Merci au médecin hyperbare que j’ai contacté en rentrant chez moi qui m’a fait prendre de l’aspirine et m’appelait toute les heures savoir si j’allais bien . J’ai eu beaucoup de chance ce jour là et depuis j’ai retenu plusieurs choses : S’arrêter, réfléchir et agir ;de ne jamais cacher un maux même insignifiant mais aussi plonger avec du bon materiel

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *