Pression hydrostatique, atmosphérique, absolue… comment s’y retrouver

Si nous parlions simplement de pression

La pression est un concept majeur avec lequel les plongeurs doivent composer dès leurs premières bulles et jusqu’à leur dernière plongée. Tous les terriens y sont d’ailleurs soumis de leur naissance à leur mort, mais en général personne n’y prête la moindre attention, car elle n’a que peu d’incidence – apparente – sur la vie quotidienne (en réalité elle joue un rôle primordial dans la plupart des domaines de notre existence). ses effets sont bien plus visibles lorsque l’on pénètre l’élément liquide.

Manomètre immergeable

Qu’est-ce que la pression ?

La définition physique de la pression est très simple, c’est le rapport d’une force appliquée sur une surface (pression = Force / Surface). Elle se mesure en Newton (unité de force) par mètre carré (unité de surface) mais peut aussi s’exprimer en Pascal, millimètres de mercure, PSI, atmosphère ou encore en bar selon le domaine. C’est cette dernière unité qui nous intéresse plus particulièrement en plongée sous-marine.

Mais quelle est cette force qui engendre la pression ?

La force qui génère une pression peut venir d’un solide posé sur une surface ou résulter du choc des molécules d’un fluide contre cette même surface. Dans notre cas, l’élément intéressant est le  poids (force) de l’air et de l’eau sur nos têtes.

La pression engendrée par la masse de l’atmosphère au niveau de la mer est approximativement de 760 millimètres de mercure, 1013 hectopascals, 1 atmosphère ou 1 bar.

Cette pression se mesure à l’aide d’un manomètre (vous pouvez lire l’article : le manomètre immergeable) ou encore d’un baromètre.

Pression atmosphérique, pression hydrostatique et pression absolue

Toute la masse d’air au-dessus de nos têtes (disons les dix premiers kilomètres, qui représentent la troposphère, car même si l’atmosphère se poursuit bien plus loin, l’air se raréfie énormément après cette première couche)  exerce donc une pression de 1 bar au sol, au niveau de la mer. C’est ce qu’on appelle la pression atmosphérique.

L’eau, bien plus lourde que l’air exercera bien entendu également une pression sur les objets immergés. Cette pression augmentera de 1 bar tous les dix mètres, c’est ce que l’on appelle la pression hydrostatique. C’est cette grandeur qui est mesurée par les instruments.

On remarquera donc que dix mètres d’eau produisent la même pression que dix kilomètres d’air.

Mais dans tout cela, ce qui nous intéresse vraiment c’est la pression absolue. En effet, si à dix mètres la pression hydrostatique et de 1 bar, il ne faut pas oublier de prendre en compte les dix kilomètres d’air au-dessus de la surface qui exercent aussi une pression de 1 bar. La pression absolue à dix mètres sera donc de 2 bars.

La formule pour calculer la pression absolue est : [profondeur (en mètres) /10] +1.

Calibrage des instruments

l'ordinateur de plongée est calibré pour ne pas tenir compte de la pression au niveau de la mer
L’ordinateur de plongée indiquera la profondeur zéro en surface

Les instruments, et tout particulièrement votre ordinateur de plongée, sont calibrés pour afficher la profondeur zéro en surface. Si ce n’était pas le cas, ils vous annonceraient que vous êtes à dix mètres au moment de l’immersion.

La pression et ses effets doivent être compris parfaitement par les plongeurs débutants (et les autres aussi bien sûr), car elle entraîne de profondes modifications physiologiques dans le corps humain notamment avec la dissolution des gaz dans l’organisme lors de la descente et leur évacuation à la remontée. Elle aura également une influence sur la flottabilité (en comprimant la combinaison), sur l’apparition de la narcose ou encore sur la toxicité de l’oxygène.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *