Nettoyer son matériel de plongée : les priorités

 

 

Durant l’été le matériel de plongée est utilisé de manière intensive. Il doit être rincé à l’eau douce après chaque sortie pour éviter l’action corrosive du sel. Mais l’été est aussi la saison des restrictions d’eau. Certes ce n’est pas le rinçage d’une combinaison qui va assécher la nappe phréatique, mais en tant que plongeurs responsables nous devons montrer l’exemple en ne gaspillant pas le précieux liquide. Voici donc une petite liste des choses qui demandent un sérieux rinçage et celles qui peuvent se contenter d’un filet d’eau.

La combinaison 

C’est l’élément de base de l’activité subaquatique. C’est elle que nous portons en permanence. Les combinaisons de plongée sont faites, je ne vous apprends rien, en néoprène, un matériau bourré de petites bulles d’air, et un nid à bactéries qui vont dégager cette désagréable odeur caractéristique de serpillières mouillées.
La combinaison de plongée doit être rincée avec soin et désinfectée le plus souvent possible, à l’aide de savon ou d’un produit du commerce pour tuer les germes qui pourraient s’y développer.
Il faut la rincer à l’intérieur et à l’extérieur, sans oublier de lubrifier la fermeture éclair.

Certains plongeurs passent leur combinaison à la machine (eau froide et assouplissant seulement), personnellement je ne l’ai jamais fait.  Si vous utilisez cette méthode, n’hésitez pas à laisser un message dans les commentaires pour nous donner votre avis. Pour un rinçage à la main, sachez qu’il vaut mieux utiliser de l’eau tiède qui dissout mieux le sel.

La stab 

Elle demande également un rinçage méticuleux, notamment au niveau des purges, des boucles et des anneaux métalliques. Le tissu finit par se raidir et se fragiliser à la longue, même s’il est de très bonne qualité. Vous n’êtes pas obligé d’utiliser de désinfectant pour la stab, mais une bonne douche ou un trempage dans un produit adéquat s’imposent. N’oubliez pas de vider l’eau à l’intérieur du gilet (par les purges plutôt que par l’inflateur). Certains plongeurs rincent parfois l’intérieur de leur gilet en faisant entrer de l’eau par l’inflateur. Cette méthode à ses adeptes et ses détracteurs. Personnellement je le fais de temps à autre sur mon gilet qui doit avoir 300 ou 400 plongées et je n’ai jamais eu de problèmes. Faites également jouer plusieurs fois les zips des poches et les boutons de l’inflateur pour éliminer les impuretés qui pourraient s’y glisser.

Les détendeurs 

Éléments vitaux pour le plongeur, ils demandent un nettoyage, un entretien et un stockage méticuleux. Lors du nettoyage, n’oubliez surtout pas de remettre le bouchon du premier étage pour ne pas noyer le mécanisme, c’est très important. Que vous procédiez par trempage ou sous un robinet (à très faible pression), faites bien pénétrer l’eau dans les petits trous situés sur le corps du premier étage ainsi que dans les moustaches et l’embout du premier étage. N’appuyez pas sur le bouton de surpression lors de cette opération pour ne pas faire entrer d’eau par le clapet ouvert. Si vous n’êtes pas seul à utiliser ce détendeur (même si vous l’êtes d’ailleurs), insistez sur l’embout. Vous pouvez même utiliser un produit désinfectant qui se chargera des vilains microbes qui pourraient s’y développer.

Les chaussons et les gants 

Ils sont également en néoprène, donc même traitement. Les chaussons notamment sentent vite mauvais. Ne les faites pas sécher au soleil (comme pour tout le reste de votre matériel).

Les rocks-boots 

Si vous utilisez des chaussures dans vos palmes réglables, rincez-les également soigneusement. Sans cela, la toile imbibée de sel finira par se ronger. Personnellement je les laisse tremper dans l’eau claire avec un peu de désinfectant.

Palmes, masques, tubas 

Un simple rinçage suffit pour ces accessoires. Inutile de gâcher des litres d’eaux. Un petit trempage ou un petit coup de jet d’eau rapide suffiront. Là encore, faites sécher à l’ombre et n’oubliez pas de ranger le masque dans sa boîte après séchage. Vous éviterez ainsi de le rayer.

Les instruments

Ordinateurs, profondimètres, compas… doivent être soigneusement dessalés. Ce sont des accessoires très importants et même vitaux, mais vu leur petite taille, ils ne demandent finalement que peu d’eau pour être rincés. Faites fonctionner plusieurs fois les boutons et les couronnes pour en chasser les résidus de sel. Stockez-les dans des boîtes résistantes et aérées.

Les phares de plongée

Un simple trempage suffit. Faites fonctionner l’interrupteur plusieurs fois sous l’eau pour en chasser les résidus de sel. Essuyez-le et n’oubliez pas de graisser les joints.

Les bouteilles 

Un lavage rapide et succinct suffit. Insistez quand même un peu sur les robinets. Après le rinçage, ouvrez-les brièvement pour chasser l’humidité résiduelle qui pourrait entrer dans la bouteille lors du gonflage suivant.

Les plombs

Qu’ils soient nus ou enrobés, là encore ne gaspillez pas d’eau pour eux. Pensez quand même à rincer les boucles qui, même si elles sont en acier inoxydable, finissent par rouiller et se gripper.

Les couteaux de plongée

Même s’ils sont en acier inoxydable, les couteaux finissent par rouiller à la longue s’ils ne sont pas rincés correctement. Pas besoin d’utiliser des litres d’eau, un passage sous le robinet suffit.

N’hésitez pas à nous expliquer comment vous rincez votre matériel, quels produits vous utilisez, comment vous l’entreposez…

6 comments

  1. Bonjour,
    vu le nombre de réponses, il semblerait bien que le passage en machine n’abîme pas la combi. A quoi sert le vinaigre blanc ? je n’en ai jamais entendu parler.

  2. Je passe mes combinaisons a la machine depuis 2003.
    Ma première combi est toujours opérationnelle.
    Programme court (15′) ou laine avec vinaigre blanc et assouplissant.

  3. Je passe ma combinaison à la machine avant de la stocker longtemps ou au moins une fois par an. Elle reste souple et à un rinçage plus complet comme ça depuis 15 ans.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *