Maîtriser son palmage


En plongée sous-marine, acquérir une bonne technique de palmage est primordial puisque c’est là le moteur du plongeur. Il existe plusieurs manières de palmer, selon les circonstances et l’environnement.

Maîtriser son palmage

Le palmage en pongée sous-marine doit être le plus lent et régulier possible. Il faut économiser ses mouvements. Un pédalage rapide va vite provoquer un essoufflement. Vous allez certainement manquer la langouste à peine visible dans son anfractuosité de rocher ou le poulpe discrètement fondu dans le paysage. Bref, vous allez faire une plongée de m…

Prévoyez bien tout cela avec votre binôme avant le départ. Palmer comme un malade durant toute la plongée à la poursuite de celui qui est censé vous secourir en cas de problèmes est un brin stressant. Ne tentez pas de le rattraper, vous allez gaspiller votre air et finalement vous mettre en situation d’essoufflement. Attirez plutôt son attention, c’est à lui de vous attendre. La situation inverse est bien entendu vraie, si c’est vous le palmeur fou. Si vous plongez seul, bien sûr ce problème ne se pose pas (voir cet article : peut-on plonger seul)

Il existe plusieurs types de palmage :

  • Le palmage de sustentation sert à vous maintenir en surface. Vous êtes à la verticale, jambes tendues. Vous devez exécuter un mouvement de ciseaux ample et lent qui part de la hanche. Si vous n’êtes pas surlesté, vous devez pouvoir tenir ainsi longtemps sans vous fatiguer, même avec votre gilet vide (ce qui entre nous soit dit est stupide, gonflez-le).
  • Le palmage ventral. Disons que c’est le palmage « normal ». Vous êtes sur le ventre, à l’horizontale, et vous faites là encore un mouvement de ciseau qui mobilise toute la jambe en partant de la hanche. Son efficacité est liée à la qualité de votre mouvement, mais aussi aux caractéristiques de vos palmes qui doivent être adaptées à votre morphologie (voir cet article : tous les conseils pour bien choisir ses palmes). Les jambes doivent être légèrement pliées et le mouvement appuie sur l’eau. Attention à ne pas pédaler, ce qui ferait perdre toute efficacité à votre technique.
  • Le palmage dorsal. Comme son nom l’indique, on palme sur le dos. C’est un palmage reposant que l’on utilise en général en surface pour regagner l’embarcation ou le point d’immersion. Attention, les palmes doivent rester dans l’eau pour que le mouvement soit efficace. Votre corps doit donc avoir un léger angle par rapport à la surface (pieds vers le bas bien sûr). Les moniteurs l’utilisent assez fréquemment sous l’eau pour surveiller leurs élèves. Petite mise en garde si vous voulez essayer (ce que je vous encourage à faire) lorsque vous changez de position en immersion pour passer du palmage ventral au palmage dorsal, le bloc passera sous votre corps modifiant ainsi la répartition des masses. Vous risquez de descendre alors que vous étiez bien équilibré. Anticipez.
  • Le palmage grenouille (frog kick), c’est le mouvement classique de la brasse. L’avantage de cette technique est que le flux d’eau sera dirigé sur les côtés. Le frog kick est particulièrement recommandé dans les grottes et sur les fonds vaseux où un palmage classique va vite soulever des sédiments qui ne tarderont pas à brouiller la visibilité.
  • Le palmage costal. Globalement la technique reste la même, ciseaux amples et lents, mobilisant toute la jambe légèrement fléchie depuis la hanche, mais on se tient sur le côté. Quel intérêt direz-vous ? C’est un palmage bien pratique pour se déplacer le long d’un tombant. En surface je l’utilise souvent, car je le trouve reposant et il permet de garder un œil sur l’environnement. L’inconvénient est que le bloc sera déporté et entraînera donc un certain déséquilibre qu’il faudra compenser par les palmes.

Justement, puisque nous parlons d’équilibre, les palmes ne servent pas seulement à avancer, mais aussi à s’équilibrer. En effet, vous devrez apprendre à gérer et à moduler votre puissance de palmage et à la répartir sur vos deux jambes. Je m’explique. Si par exemple votre lestage ou votre bloc vous font légèrement rouler sur la gauche, il vous faudra appuyer un peu plus sur votre palme gauche pour rétablir l’équilibre.

Lors des formations, j’apprends à mes étudiants à faire l’hélicoptère. C’est une technique vraiment très amusante. Stabilisez-vous et faites tourner une seule palme dans un sens ou dans l’autre et vous pivoterez sur place dans le sens horaire ou antihoraire en fonction de celui de la palme.

Acquérir  une technique de palmage parfaite est également primordial pour la protection de l’environnement. En effet, la vie marine est fragile et vous devez absolument éviter de donner des coups de palmes qui vont labourer les fonds et exploser les coraux. Si vous vous êtes un peu trop approché d’une zone sensible, pas de panique, restez calme et faites de tous petits ciseaux qui vous permettront de vous dégager du site.

Vous l’aurez compris, il est vraiment important de posséder une bonne technique de palmage pour être à l’aise en plongée sous-marine. N’hésitez pas à vous entraîner régulièrement, même lorsque vous n’êtes plus sous la houlette de votre moniteur.

Et comme une petite vidéo vaut mieux que de longues explications :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *