L’utilité des gants en plongée

L'utilité des gants en plongée

Les gants de plongée ont deux fonctions liées à la sécurité. Ils protègent du froid et retardent donc l’hypothermie (je vous rappelle qu’on se refroidit beaucoup plus vite sous l’eau que dans l’air), car on se refroidit d’abord par les extrémités. Ils protègent également des blessures liées au contact (involontaire) avec le milieu marin et notamment les rochers, mais aussi les méduses et les oursins.

Les gants de plongée sont des équipements complémentaires bien utiles, voire indispensables, aux plongeurs même si parfois certains instructeurs les décrient au motif qu’ils incitent à toucher la faune et la flore. Cela dit, les plongeurs responsables que nous sommes savent bien que, sous l’eau, on se contente de toucher avec les yeux.

Il existe deux types de gants « humides » :

  • Les gants textiles, fins et assurant une bonne liberté de mouvement. Ils sont généralement utilisés par les chasseurs sous-marins dans des eaux chaudes. Peu efficace contre le froid, leur fonction est, avant tout, de protéger les mains des coupures et du contact direct avec la vie marine.
Gants mixtes : néoprène et textile
  • Les gants néoprènes, plus protecteur en ce qui concerne l’hypothermie, mais un peu plus handicapants pour la manipulation des instruments. On en trouve, comme les combinaisons, dans des épaisseurs allant de 1 à 7 millimètres. Pour des eaux entre 10° et 16° il faudra choisir une épaisseur de néoprène entre 5 et 7 millimètres. Les gants néoprènes seront également utiles dans des eaux plus chaudes, mais en épaisseur moindre.
Gants néoprène avec fermeture velcro
  • On trouve un troisième type de gant de plongée, les gants caoutchoucs. Ils sont utilisés avec des combinaisons étanches et vissés par une collerette aux poignets de celles-ci ou simplement muni d’un manchon. Ils ne protègent pas du tout du froid, mais permettent, par contre, de porter une paire de sous-gants en matériaux technique.
Gants pour combinaison étanche

Choisir ses gants de plongée

Tous les gants ne se valent pas et une nouvelle paire doit être choisie avec attention. Il faut vérifier :

  • La taille : trop petits ils vont comprimer les vaisseaux sanguins et produire l’effet contraire de l’effet recherché. Trop grands, ils seront gênants et laisseront rentrer une trop grande quantité d’eau.
  • Les coutures. Elles doivent être bien placées et ne pas frotter sur les endroits sensibles de la peau.
  • La souplesse : tous les néoprènes n’ont pas la même souplesse. Certains sont vraiment trop raides et deviennent un véritable handicap sous l’eau.
  • La facilité de préhension : certains gants sont préformés, ce qui améliore leur capacité à suivre les mouvements de la main. Bien les essayer avant pour être sûr qu’ils vous vont… comme un gant.
  • Le revêtement de paume. La plupart des gants sont renforcés au niveau des paumes. Ce qui permet de s’accrocher, par exemple, à un rocher pour progresser dans certaines situations (courant fort). D’autres sont recouverts d’une matière qui améliore la préhension. Là encore, le mieux est de les essayer.
  • Le système de fermeture au poignet : ce peut être un simple élastique, une pression ou un velcro. Personnellement, je préfère le velcro. Je trouve que le gant est plus facile à enfiler lorsque la fermeture est grande ouverte. Mais c’est selon chacun.

L’entretien de ses gants

Les gants de plongée ne demandent pratiquement pas d’entretien. Un simple rinçage, intérieur et extérieur à l’eau douce suffit. Suspendez-les ensuite par le poignet à l’aide d’une pince, dans un lieu aéré et ombragé (jamais de soleil direct pour le néoprène, il n’aime vraiment pas), et le tour est joué.

Voici donc un rapide tour d’horizon des gants de plongée qui, je l’espère vous aidera à choisir la paire qui vous convient.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *