Les couteaux de plongée

Le couteau de plongée fait partie de l’image d’Épinal du plongeur bouteille. Les non-initiés regardent cet outil accroché à la cheville ou à la stab avec un œil un peu inquiet : est-ce pour se prémunir d’un danger mortel qui rôde sous la surface sombre de la mer traîtresse, que l’homme-grenouille part ainsi armé ? Bien entendu il n’en est rien et le couteau de plongée ne doit surtout pas être considéré comme une arme, mais bien pour ce qu’il est, un outil à tout faire.

© www.divinglocker.ca

Choisir son couteau de plongée

En effet, en plus de sa destination première qui est de couper, un couteau de plongée va servir à beaucoup de choses : faire levier, mesurer une petite distance, creuser… il doit donc posséder certaines caractéristiques propres à une utilisation en milieu marin.

Il doit notamment :

  • Avoir un côté tranchant et un bord denté
  • Être fabriqué en acier inoxydable ou en titane
  • Posséder un fourreau adapté à la plongée

Où porter son couteau de plongée

Beaucoup de plongeurs portent leur couteau sur la face externe du mollet. Ce n’est pas forcément le meilleur emplacement, car il devient très facile de s’accrocher à un filet ou d’endommager la vie marine.

D’autres l’accrochent à l’intérieur du mollet. C’est déjà mieux, car même emmêlé dans un filet, le mouvement pour le saisir est plus naturel. De plus on risquera moins de s’accrocher ou d’endommager les boudins du semi-rigide en remontant de la plongée.

La position accrochée à la poche de la stab semble satisfaire beaucoup de plongeurs expérimentés. En effet, la saisie est bien plus pratique que dans toutes les autres positions, ce qui est important sous l’eau. Attention toutefois en le rangeant dans l’étui à ne pas endommager le gilet stabilisateur.

Parmi les autres manières d’accrocher le couteau, on peut aussi citer le bras, la cuisse, la ceinture ou encore la console d’instruments. A chacun de trouver la manière qui lui convient.

Enfin certains préfèrent purement et simplement s’en passer, estimant qu’il s’agit d’un gadget. Outre le fait que cet outil est obligatoire pour les instructeurs PADI, je ne sais pas combien de fois j’ai entendu ces personnes me demander de leur prêter le mien.

Types de couteaux de plongée

Il existe deux grands types de couteaux de plongée (voir les photos) : les couteaux classiques et les cisailles (il existe aussi des coupes câbles). Les cisailles sont, à mon avis, beaucoup plus polyvalentes. Là aussi je ne compte plus les fois où j’ai dû couper un fil dépassant d’une cagoule ou un bout de néoprène déchiré sur le bateau ! Les manches des couteaux modernes sont presque toujours en ABS avec des formes ergonomiques, donc aucun problème de ce côté-là.

Modèle Cressi Prédator : Cliquez dans l’image pour voir les caractéristiques techniques
Cisailles Aqualung : cliquez dans l’image pour voir les caractéristiques techniques

Entretenir votre couteau

Les couteaux de plongée ne demandent que peu d’entretien. Un bon rinçage à l’eau douce après chaque plongée suffit. Je connais certains plongeurs qui recouvrent aussi la lame de graisse silicone. Bon, après mieux vaut éviter de couper son sandwich avec.

Si vous avez une histoire ou une affinité avec votre couteau de plongée, n’hésitez pas à nous en faire profiter dans les commentaires du blog.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *