Le réflexe d’immersion des mammifères

Le réflexe d’immersion des mammifères

Nous avons tous entendu ces histoires de personnes, souvent jeunes, tombées dans l’eau froide et ranimées sans séquelles après de très longues minutes (parfois plus de vingt minutes) passées au fond, en état de noyade.

réflexe d'immersion des mammifères

©: willyambradberry / 123RF Banque d’images

Protéger les parties vitales

Ces petits miracles seraient dus à un phénomène que l’on nomme réflexe d’immersion des mammifères ou bradycardie, c’est-à-dire une baisse sensible du rythme cardiaque dans certaines conditions. Cette caractéristique physiologique serait un reliquat de nos origines aquatiques.

Les physiologistes n’en sont pas encore tout à fait sûrs, mais il semblerait que le réflexe d’immersion des mammifères soit associé au contact de l’eau froide sur le visage. Le responsable en serait le nerf trijumeau qui innerve la face et transmettrait les informations au cerveau.  Dans ce contexte, l’organisme va non seulement faire chuter le rythme cardiaque (d’environ 20 % sans entraînement, dès l’immersion), mais va aussi accumuler le sang oxygéné dans les parties vitales : cœur et cerveau et ne le renvoyer qu’avec parcimonie vers les zones de moindre importance afin d’alimenter le plus longtemps possible les centres vitaux.

La bradycardie est caractéristique chez les mammifères marins, comme les marsouins, les phoques en encore les baleines.

One comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *