Le Petit Nid, presque toujours accessible

le petit nid sausset

Ce jour-là, nous comptions aller plonger, mais en arrivant sur le spot pressenti nous nous aperçûmes que la mer agitée venait briser ses vagues en gerbes d’écume sur la roche dentelée, rendant la mise à l’eau vraiment inconfortable.

Comme dans notre petit groupe il y avait un plongeur peu expérimenté et un peu stressé, mais qui venait de loin pour profiter des jolis fonds de la Méditerranée nous décidâmes de passer au plan B. je vous le dis tout de suite, les jolis fonds il ne les vit pas sous leur meilleur jour, pour cause de visi pourrie, mais l’envie de plonger était la plus forte.

petit_nid_web_2
La plage vue de la mer.

Direction donc le Petit Nid, à l’entrée de Sausset-les-Pins, un site presque toujours accessible et hyper facile quel que soit votre niveau. En plus, en cette saison (nous étions à la mi-septembre) il y a quasiment toujours des places disponibles pour se garer sur le petit parking qui surplombe directement la plage.

Une petite demi-heure plus tard, nous descendions le court chemin – quelques mètres à peine – qui relie le parking à la plage et nous entrions dans l’eau.

Le Petit Nid est en fait une petite crique. Il faut s’avancer d’une bonne vingtaine de mètres pour avoir de l’eau jusqu’à la taille. Ensuite, on palme jusqu’à la pointe où l’on s’immerge. De là, deux possibilités, partir vers l’Est ou vers l’Ouest.

Nous partîmes à main gauche, vers l’Est.

petit_nid_web_3Le fond descendait très progressivement et nous commençâmes par traverser de jolis éboulis dans les trois à quatre mètres de profondeur. Toujours en continuant vers l’Est nous arrivâmes ensuite sur une large prairie de posidonies, dans les cinq mètres. Attention au mal de mer en cas de houle, car le mouvement de l’herbier peut donner le tournis, ce qui était le cas lors de cette plongée. Sur l’herbier, nous avons alors bifurqué un peu vers le Sud pour gagner de la profondeur avant de reprendre le cap. Une fois passé l’herbier, après dix minutes d’un palmage vraiment tranquille sur un fond de sable, nous tombâmes sur un mur très colonisé qui part plein Sud. Nous le suivîmes jusqu’au bout, puis nous l’avons contourné pour enfin gagner un peu de profondeur (environ dix à douze mètres) et là le paysage devint enchanteur. Plusieurs canyons s’ouvraient à main gauche. On peut s’engager sans danger dans ce dédale aux allées très larges. Sur les parois, il y avait beaucoup de flore et de faune fixées : éponges, gorgones, anémones… et une vie intense tout autour de nous, avec des bancs de Sars et de Saupes qui ne s’écartaient qu’au moment ultime où nous allions les toucher.

petit_nid_web_4Il faut bien surveiller le mano, car malgré la faible profondeur, on aurait tendance à continuer à l’infini cette balade bien agréable, mais bien sûr, il faut garder assez d’air pour rentrer.

Des plongeurs m’ont rapporté qu’il y avait, un peu plus loin au Sud, l’épave récente d’un petit avion de type Cesna. Ils ne savaient pas si elle avait été renflouée depuis. Ce sera pour une prochaine exploration.

Le retour se fit sans problèmes, puisque nous avions toujours suivi le relief très marqué. La seule difficulté est de ne pas rater l’entrée de la crique. Si nécessaire faites surface pour jeter un coup d’œil, on reconnaît très bien le parking, même d’assez loin. Ne vous préoccupez pas de votre palier de sécurité, car lorsque vous en serez là, vous aurez palmé sur un fond de trois à cinq mètres depuis dix bonnes minutes.

Notre plongée terminée, il nous restait à regagner la plage. La sortie fut aussi facile que l’entrée, mais avec les yeux plus grands après cette belle plongée dans une eau certes assez turbide, mais vraiment riche. Personnellement je l’ai faite de nombreuses fois et je peux vous assurer qu’avec une belle visi on se régale à peu de frais. Notez qu’une douche bien pratique, juste sous le parking, vous permettra de rincer votre matériel – normalement la douche est démontée en hiver pour éviter que les tuyaux ne gèlent.

petit-nid-plan-trace

Fiche technique :

  • le Petit Nid est un spot parfait lorsque la mer est un peu agitée, presque toujours accessible (mais un peu plus compliqué par vent d’Est).
  • Profondeur maxi : 15 mètres.
  • Portage : 30/40 mètres.
  • Parking : gratuit, facile (mais l’été il faut arriver tôt).
  • Installation plongeur : douche (démontée l’hiver).
  • Flore et faune : riche.
  • Difficultés : aucune.
  • Curiosité : peut-être une épave récente d’avion (non vérifié).

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *