Faire ses formations en hiver, bonne idée ou mauvais plan ?

Brrr, j’en vois déjà qui frissonnent à l’idée de se plonger dans une mer refroidie par la bise de l’hiver. Certes, vive les eaux chaudes, le soleil et le beau temps. Mais alors, faire ses formations de plongée en hiver, est-ce une bonne idée ? Bien sûr, c’est à chacun de voir, mais avant de vous donner quelques éléments de réflexion, je vais vous dire ce que j’ai fait moi-même. C’est simple, j’ai fait toutes mes formations de plongée, mais aussi mon permis moto, bateau… en hiver.

Bien sûr, je me suis caillé, pour utiliser une formule sobre, mais j’avais de bonnes raisons.

Pourquoi se former en hiver ?

Tout d’abord, en hiver, les structures (celles qui restent ouvertes, bien sûr) sont moins surchargées. Les moniteurs peuvent vous apporter plus d’attention. Une relation plus amicale et chaleureuse (ça tombe bien) peut se nouer.

Apprendre dans une structure allégée peut réduire le stress. Nous avons tous hélas, la stupide manie de nous croire en compétition avec les autres. C’est d’autant plus marqué dans les stages où un résultat formel doit être atteint à la fin. Cet esprit de compétition peut générer du stress, notamment chez ceux qui ont une appréhension ou simplement qui avancent moins vite que les autres. Sans cette pression, les plus timides se trouveront en confiance et pourront progresser à leur rythme, sans être tentés de se comparer à leurs camarades.

Ceux qui ont déjà un niveau et qui cherchent à aller plus loin pourront entretenir leur aquacité, progresser encore et être fins près pour la saison prochaine.

Où et comment faire de nouvelles formations de plongée en hiver ?

Image par Ahmed Samy de Pixabay

Il existe trois voies pour plonger et faire ses formations de plongée en hiver :

  • Pour ceux qui habitent en bord de mer, le choix est assez évident. Même s’ils sont moins nombreux que l’été, certains plongeurs de bord de mer plongent toute l’année, sans interruption. Quelques structures restent ouvertes très en avant dans la saison et acceptent des élèves. L’avantage est de se former en situation réelle, dans des conditions parfois défavorables, sauf à partir dans les mers chaudes, mais extrêmement formatrices (sous la responsabilité d’un professionnel aguerri, cela va de soi). Les inconvénients sont le côté aléatoire des cours, qui dépendent de l’état de la mer et de la température qui peut en rebuter plus d’un.
  • Les citadins, ou les plongeurs de l’intérieur pourront se former dans les piscines municipales. Dans ce cas, ils s’inscriront tout simplement à un club associatif qui dispose de créneaux pour les formations. On en trouve dans de nombreuses villes. Eau chaude et claire, ambiance copains… c’est un moyen agréable de se former, mais il faudra faire très attention lors des premières plongées en milieu naturel, à la perte des repères et des habitudes acquises (se fier aux murs ou au carrelage de la piscine, par exemple, pour se repérer).
  • Les fosses de plongée représentent une option intéressante qui allie les avantages de la piscine et permettent de taquiner la profondeur. Hélas il en existe peu (on les trouve facilement sur le web). Les inconvénients, ou tout au moins les points faibles restent globalement les mêmes que pour la piscine, le risque de perte de repères lors du passage en milieu naturel.

Et vous, qu’en pensez-vous ? Prêts à vous mettre à l’eau pour passer vos premiers niveaux, dès cet hiver ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *