Descendez (et remontez) point par point

La descente en cinq points

La descente et la remontée en cinq points sont des exercices pratiques enseignés dès les premiers niveaux de plongée sous-marine chez PADI.
Il s’agit d’une procédure simple, destinée à assurer au plongeur une descente et une remontée en toute sécurité.

la descente et le remontée en cinq points chez padi

Comme toujours, chez PADI, tout est très codifié afin d’assurer une cohérence dans les formations. C’est d’ailleurs pour cela que les brevets de l’organisation leader mondiale de la plongée, qui délivre près d’un million de certifications tous les ans, sont reconnus dans le monde entier. En effet, les professionnels de la plongée, où qu’ils soient sur la planète, sont assurés du niveau de leurs clients (ou tout au moins des techniques qu’ils ont apprises) puisque tous les enseignants appliquent le même cursus.

La séquence de descente en plongée sous-marine découle de la simple logique. Pour la mémoriser, les instructeurs ont chacun leur truc. Personnellement, j’utilise l’acronyme SODID.

S comme Signes

Vérifier que tout le monde est prêt à s’immerger en effectuant les signes vous et moi allons descendre et OK – pouce vers le bas et signe OK à tous les plongeurs qui doivent répondre.

O comme Orientation    

Bien vérifier où se trouve la côte, le bateau et tout objet permettant de se repérer. Ensuite, regarder sous l’eau pour voir où l’on va se poser et repérer le relief, afin de ne pas être désorienté une fois arrivé au fond et ne pas partir dans la mauvaise direction.

D comme détendeur

À cet instant on passe du tuba sur le détendeur

I comme instruments

On vérifie et on note sa pression d’air (cela permettra de calculer sa consommation, lire cet article). On vérifie aussi que son ordinateur s’est allumé s’il possède un mode préplongée (sinon il s’allumera automatiquement à environ un mètre de profondeur).

D comme descente

On dégonfle son gilet et l’on descend pieds en avant (on peut aussi descendre en canard, mais PADI préconise, au départ la méthode du phoque qui permet d’équilibrer les oreilles un peu plus facilement), en équilibrant tout de suite ses oreilles par un Valsalva ou une autre méthode – voir cet article.

Durant la descente, on essaie de s’orienter grâce aux points de repère pris à l’étape 2.

Et pour remonter ? Et bien il existe également une procédure que l’on peut mémoriser à l’aide de l’acronyme SIMOR (là encore il en existe d’autres, mais c’est celui-là que j’enseigne à mes élèves) pour :

S comme Signe

On vérifie que tout le monde est prêt à remonter

I comme Instruments

On vérifie tous les paramètres : pression, paliers éventuels, heure de remontée, profondeur de laquelle on part…

M comme main

On prépare sa remontée en regardant vers le haut (pour dégager ses voies respiratoires et éviter de se manger la coque du bateau, si, si, ça arrive) et en levant la main au-dessus de la tête, en protection.

O comme orientation

Il s’agit de se repérer sur le plan horizontal, mais aussi vertical (toujours la coque du bateau ou des plongeurs au-dessus de vous).

R comme remontée

On gonfle légèrement son gilet pour décoller du fond, on se donne une légère impulsion et l’on contrôle constamment sa vitesse de remontée qui doit se situer à 15 / 18 mètres par minutes au maximum, c’est-à-dire pas plus vite que vos plus petites bulles.
Il faut purger régulièrement son gilet, s’arrêter entre six et trois mètres pour effectuer son palier de sécurité ou un palier obligatoire, puis remonter très doucement à environ 6 mètres par minute, toujours main vers le haut, en n’oubliant pas de faire un tour d’horizon pour vérifier qu’aucun danger le se profile à l’horizon. Tenez-vous prêt à replonger si c’est le cas.

Bien sûr, il s’agit là de procédures générales et si par exemple vous mettez votre détendeur en bouche avant de vous orienter en surface, vous ne mettrez pas votre sécurité en péril. Toutefois, en débutant, je vous conseille d’appliquer toutes les procédures à la lettre, car elles ont été pensées et mises en place par des professionnels expérimentés et elles ont toujours une raison d’être.

Et la petite vidéo qui va bien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *