Des conseils pour bien choisir son gilet stabilisateur

Enveloppant, à volume dorsal, à simple ou double vessie… le choix d’un gilet stabilisateur représente l’un des plus gros dilemmes pour les plongeurs débutants et même pour d’autres biens plus aguerris, qui souhaitent s’équiper. Voici quelques conseils pour ne pas se noyer dans l’offre.

Bien choisir sa stab de plongée

Le gilet stabilisateur ou stab est un élément dont aucun plongeur n’imaginerait se passer aujourd’hui. C’est celui qui a connu, mis à part l’ordinateur, le plus d’innovations depuis la fameuse Fenzy, cette bouée orange, mise au point dans les années 1950 pour évacuer rapidement les sous-mariniers.
Devenue partie intégrante de l’équipement vers la fin des années 1970 la stab moderne possède trois fonctions : c’est une bouée classique en surface, qui sert à flotter longtemps et sans effort ; en immersion, elle permet d’ajuster la flottabilité du plongeur en fonction du changement de profondeur et enfin elle permet de fixer la bouteille sur le dos ainsi que les divers accessoires embarqués.
Bien que le principe reste le même pour tous les gilets stabilisateurs, c’est-à-dire une enveloppe que l’on gonfle ou que l’on dégonfle en fonction de ses besoins, les caractéristiques techniques varient sensiblement d’un modèle à l’autre. Ces particularités sont à prendre en compte, lors du choix, en fonction du type de plongée que vous comptez pratiquer.

Comme pour tout accessoire de plongée, la première règle à respecter sera celle du confort. Vous devez absolument essayer votre stab et, qui plus est, dans sa configuration finale, c’est-à-dire avec la bouteille montée. Ce n’est pas toujours facile, mais l’achat est si important que cela vaut la peine de casser un peu les pieds au vendeur. Lorsque vous bougez, la bouteille ne doit pas se balader à droite et à gauche, les sangles ne doivent pas vous blesser. Rappelez-vous qu’une stab se porte sous l’eau, mais aussi sur terre (trajet pour se rendre à la mise à l’eau si on plonge du bord, équipement sur le bateau…) vous devez donc être à l’aise avec. N’hésitez pas à la gonfler, vous sentirez ainsi si les volumes sont adaptés à votre morphologie. Vous ne devez pas vous sentir oppressé.

Au niveau sécurité et fiabilité, sachez que tout matériel aux normes européennes est sûr, à condition d’être utilisé dans les limites fixées par les constructeurs.

Constitution d’une stab

Vessie : Une stab est constituée d’un gilet en matériau ultra-résistant, souvent du Cordura, dont la solidité se mesure en Deniers, qui protège une vessie. D’autres modèles sont constitués d’un matériau résistant et étanche à l’air, mais ne comportent pas de vessie.

Inflateur Scubapro Air 2
Inflateur Scubapro Air 2

Inflateur et direct systèm : La stab pourra être gonflée grâce à un tuyau (un flexible) directement relié à la bouteille par une connexion sur le premier étage du détendeur. Le gonflage et le dégonflage s’effectuent grâce à l’inflateur, un tuyau annelé, en principe fixé sur l’épaule droite et pourvu de deux boutons. Il est également possible de gonfler son gilet à la bouche (en cas de panne d’air) en soufflant dans l’orifice destiné à l’évacuation de l’air. Sur certains modèles, un embout buccal permet de transformer l’inflateur en détendeur de secours. Personnellement, je ne suis pas un fan de cette option. En effet, en cas de panne d’air, il vous faudra donner ce détendeur de secours au plongeur en difficulté, ou bien le prendre vous-même pour donner votre principal ce qui, à mon avis handicapera fortement les manœuvres de gonflage et de dégonflage. Par contre, avec ce système, vous aurez un tuyau de moins (celui de l’octopus classique) branché sur la bouteille.

Il existe un autre type d’inflateur, appelé Air-Trim, qui est un levier installé, en principe sur la poche gauche. On le lève pour monter et on le baisse pour descendre (ou le contraire selon les modèles).

Dans les deux cas, l’inflateur se définit par :

  • Son ergonomie, vérifiez si les boutons tombent bien sous vos doigts. Sont-ils suffisamment gros ? peuvent-ils se manipuler avec des gants ?
  • Son débit, il s’agit là de la rapidité avec laquelle l’inflateur va gonfler votre stab. Ceci est important pour les plongées profondes (un inflateur généreux permettra une réaction plus rapide) ainsi que pour la sécurité, si vous devez remonter un autre plongeur en difficulté.
Les purges rapides sont situées sur l'épaule et au bas du gilet
Les purges rapides sont situées sur l’épaule et au bas du gilet

Les purges : Les stabs sont équipées de purges rapides

  • La purge haute, fixée en général sur l’épaule droite.
  • La purge basse, fixée au bas du gilet, à gauche ou à droite et qui permet d’évacuer l’air dans une position tête en bas.

La Fen-Stop : que l’on actionne en tirant sur le tuyau annelé de l’inflateur.

Toutes ces purges servent à évacuer l’air rapidement en cas d’urgence, par exemple dans le cas où votre inflateur viendrait à se bloquer en position ouverte. On les actionne simplement en tirant sur une ficelle. Les purges rapides sont aussi munies d’une soupape de surpression qui s’ouvrira si vous gonflez trop votre gilet. Cette soupape se déclenche lorsque la pression interne dépasse la pression externe d’environ 0,14 bar.

Les poches : leur nombre varie d’un modèle à l’autre. Bien pratique pour emporter son matériel, tables de plongée, ardoises immergeables ou bien remonter quelques beaux spécimens du fond… non là je plaisante, il est bien sûr strictement interdit de remonter quoi que ce soit du fond. Bref, le nombre et le positionnement des poches peut-être un critère de sélection en fonction du matériel que vous prévoyez d’emporter. Vous pourrez même, le cas échéant, y glisser quelques kilos de lest supplémentaire.

Les poches à plomb largables : justement, nous en parlions, ces poches peuvent recevoir du lest supplémentaire et possèdent un système de largage rapide, en cas d’urgence. Attention de bien vérifier le poids maximum qu’elles peuvent contenir.

Anneaux D-rings
Anneaux D-rings

Les anneaux de suspension ou D-rings : Ces anneaux en forme de D (d’où le nom) sont importants pour fixer vos différents accessoires, octopus, manomètres, lampes… et mêmes indispensables si vous voulez plus tard évoluer dans votre cursus de plongeur. Si vous envisagez par exemple une certification nitrox confirmé ou trimix, ils vous serviront à accrocher vos blocs de gaz embarqués. Il en existe en plastique ou en acier, ceux en aciers me paraissent plus indiqués pour transporter des blocs supplémentaires.

Le volume d’air : les stabs du marché peuvent contenir entre 10 et 35 litres d’air. Les stabs petits volumes ont l’avantage d’être légère et vite remplies, mais elles sont plutôt à réserver aux plongées peu profondes. De plus elles peuvent se révéler insuffisantes pour remonter un plongeur à court d’air par exemple.
Les très gros volumes sont en général des stabs Tek pour la plongée profonde (cinquante mètres et plus). On pourra bien sûr y accrocher d’innombrables accessoires, des blocs supplémentaires… mais en contrepartie,  ces gilets seront plus lourds, encombrants… et chers

Fixation du bloc : Il existe deux types de fixation pour solidariser la bouteille et la stab.

  • La boucle classique
  • La boucle rapide (bien plus pratique à mon avis).

Je vous invite à les découvrir dans cet article intitulé : le secret pour fixer correctement le bloc au gilet.

Entretien : comme tout matériel de plongée, la stab est soumise aux rudes agressions du milieu marin. Il faut donc en prendre le plus grand soin et la rincer abondamment à l’eau douce après chaque plongée. Insistez bien sur les parties métalliques, les fermetures éclair, l’intérieur des poches et les recoins plus inaccessibles.  L’intérieur doit également être rincé, car de l’eau de mer y pénètre lorsque vous actionnez les purges. Pour cela, faites entrer de l’eau douce par l’inflateur (en tenant le bouton de purge ouvert), secouez plusieurs fois votre gilet et videz-le par les purges hautes et basses. Cela aura en plus pour effet d’éliminer le sel qui pourrait les bloquer.

Le séchage, comme pour toutes les autres pièces de votre équipement, se fera à l’ombre. Il faut absolument éviter de laisser sécher votre matériel au soleil, car les UV sont très nocifs pour les matériaux utilisés en plongée. Une fois votre stab sèche, un peu de paraffine sur les fermetures éclair des poches permettra d’éviter qu’elles ne grippent.

Avec ces quelques conseils, vous devriez désormais être capable de choisir votre stab sans vous tromper. N’hésitez pas à commenter cet article si vous avez d’autres idées pour choisir ou entretenir ce type de matériel.

One comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *