Comment tenir son palier en plongée

Etre à l’aise au palier, plus qu’une technique, une philosophie

Lors de la plupart des plongées loisir, vous plongerez dans la courbe de sécurité, c’est-à-dire à un ratio temps/profondeur qui ne sera pas suffisant pour former assez de bulles d’azote nocives dans votre organisme, nécessitant de faire un ou des paliers obligatoires. Par contre, le palier de sécurité reste toujours fortement conseillé. C’est l’occasion idéale pour vous entraîner régulièrement à tenir ce fameux palier, sans percer la surface, pour pouvoir participer à de futures plongées plus engagées.

Les premières fois sont toujours un peu décevantes, on monte, on descend, on s’accroche, on perce. Le problème provient de plusieurs sources.

comment tenir son palier en plongée

Ne pas respecter le palier, c’est grave docteur ?

Sachez que, si vous avez respecté la vitesse de remontée, percer la surface alors que vous avez un palier à tenir n’est pas gravissime, à condition de redescendre immédiatement et de poursuivre votre décompression. Bien sûr cela doit rester très exceptionnel, mais le temps que le processus de dégazage se mette en route, vous disposez d’un laps de temps certes très court, mais suffisant pour réagir. Si vous vous retrouvez dans cette situation, une surveillance attentive de votre état de santé sera nécessaire durant quarante-huit heures (pas dans le cas d’un palier de sécurité – vous pouvez lire cet article).

En priorité le poumon-ballast

Si vous êtes convenablement lesté, vous devez pouvoir vous maintenir à l’aide du fameux poumon-ballast. En gonflant vos poumons, vous augmentez votre volume et par conséquent, vous devez remonter. En les vidant, vous devez descendre. Attention il ne faut pas exagérer et inspirer ou expirer à cracher vos alvéoles, sinon c’est qu’il y a un problème de lestage. Pour vous maintenir, surveillez votre ordinateur, mais aussi la surface. Si vous disposez d’un repère fixe, comme un tombant, ce sera la voie royale.

Trop lesté

Si vous avez emporté trop de plombs, vous allez vous retrouver lourd au palier. Si le poumon-ballast ne fonctionne pas, afin de ne pas couler et pour ne pas palmer comme un malade, il faudra injecter de l’air dans le gilet. Dès lors, à l’approche de la surface l’air se dilatant très vite, la moindre variation de profondeur va vous faire faire le yoyo. Entre trois et six mètres, on a vraiment peu de temps pour réagir (reportez-vous à l’article : découvrez comment ajuster parfaitement son lestage)

Pas assez lesté

Votre lestage était pourtant bon au départ, mais au palier, vous vous sentez étrangement léger et comme attiré vers la surface. Pourtant, votre gilet et vide et vous soufflez tout ce que vous avez dans les poumons. Vous avez sans doute oublié de tenir compte de l’air que vous avez consommé durant l’immersion. Vous pouvez ainsi perdre jusqu’à deux kilos, voire plus avec un bloc de 15 litres. Avec l’expérience, vous apprendrez à gérer ce déficit de poids.

Allongez-vous…

Pour une fois que l’on vous dit que vous pouvez bosser allongés, profitez-en. Tenir son palier en position horizontale n’est pas une méthode reconnue par tous les professionnels de la plongée. Moi je la préconise comme on me la apprise, car l’explication m’a paru convaincante. En effet, si vous mesurez un mètre quatre-vingt, par exemple, c’est la distance qu’il y a entre le haut de votre tête et vos palmes. Donc si vous faites votre palier à six mètres, vos palmes vont être à sept mètres et votre tête à cinq mètres, soit une différence de pression de 0,2 bar. Donc vos pieds et votre tête ne vont pas décompresser à la même vitesse. Bon je reconnais que là c’est du coupage de cheveux en quatre.

Ce qui est certain, en revanche c’est qu’en position horizontale, le volume modifiable de votre gilet se limitera à son épaisseur et non pas à sa hauteur.

Sur le dos

De mieux en mieux, certains pros conseillent de faire les paliers sur le dos. De cette manière, le poids de la bouteille aura tendance à vous entraîner vers le bas plutôt que vers la surface. De plus, il sera bien plus facile de surveiller la surface et éventuellement de donner quelques coups de palmes vers le haut si vous sentez que vous remontez. Par contre, si votre masque n’est pas vraiment étanche, cette position peut être un tantinet inconfortable.

La palier attitude

Bien lesté, en pleine maîtrise du poumon-ballast et dans la bonne position ? Il ne vous reste qu’à adopter la palier attitude, c’est-à-dire de profiter de ces instants privilégiés où vous n’avez strictement rien d’autre à faire qu’à surveiller votre ordinateur, et à communiquer avec les poissons curieux qui viendront peut-être vous visiter. Ainsi, vous retournerez vers le monde aérien parfaitement serein.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *