Comment s’orienter en plongée sous-marine

Savoir s’orienter en plongée sous-marine est crucial. En effet, que l’on parte du bord ou d’un bateau, il faut pouvoir retrouver à coup sûr son point d’entrée. Certains semblent y parvenir facilement quand d’autres se perdent systématiquement. Alors, l’orientation est-elle innée ou peut-on devenir un bon navigateur sous-marin même si l’on se perd dans sa propre maison ?

underwaternavigator

Certains d’entre nous possèdent la faculté de retrouver facilement leur chemin, que ce soit sur terre ou sous l’eau. On appelle généralement cela le sens de l’orientation. Il ne s’agit pas d’un don magique ou d’un superpouvoir, mais simplement de la manière dont ces personnes observent leur environnement, de manière consciente ou non.

 Maîtriser sa technique
La toute première chose à faire, à mon avis, est de maîtriser parfaitement sa technique. En effet, si l’on est focalisé sur son inflateur, sa flottabilité ou encore la maîtrise de sa respiration, il y a fort peu de chances que l’on puisse porter attention à ce qui se passe autour de soi. Dans un tout autre domaine, j’avais un jour rencontré un photographe que j’interrogeais sur sa technique. Il m’a fait la réponse suivante : il faut avoir une technique qui te permet d’ignorer la technique. C’est une des bases de l’orientation, il faut être exclusif, observer et prendre des repères. Bien sûr, cela est facile à dire et peut passer pour un lieu commun, mais il faut vraiment apprendre à regarder, et regarder d’une manière un peu particulière. Il faut s’astreindre à noter des points clés, devant soi, mais aussi derrière. Il ne faut pas hésiter à se retourner régulièrement, car la route semblera différente au retour, on n’aura plus du tout le même point de vue. Un gros rocher n’aura pas la même physionomie dans un sens ou dans l’autre, le canyon n’aura pas le même aspect…

Briefing en surface
Tout commence par un briefing en surface

Tout commence en surface
Eh oui, pour bien s’orienter sous l’eau, il faut commencer à prendre ses repères à la surface. Où est le soleil ? Dans quelle direction part le tombant ? Où se dirige le canyon ? Dans les formations PADI, on apprend la descente en cinq points : Signes ; Orientation ; Détendeur ; Instruments et Descente. Au moment de l’orientation, on regarde autour de soi, mais aussi en dessous, pour voir ou l’on va se poser, bien sûr, afin de jauger le relief d’une manière globale, pour peu que la visibilité soit bonne évidemment.

Lorsque l’on plonge en structure, bien souvent le directeur de plongée vous présente une carte du site. Ce n’est pas le moment de papoter avec les copains ou les copines, il faut prêter attention aux explications et aux consignes.

 Noter les paramètres au départ
C’est une évidence, mais on n’y pense pas toujours. Une fois au fond, à l’ancre ou à votre point de départ si vous partez du bord, notez la profondeur. Eh oui, inutile de chercher l’ancre sur un fond de vingt mètres si elle est mouillée sur dix. Faites attention au relief. Si vous partez sur un tombant à main droite, il faudra revenir avec le même tombant à main gauche, de même si vous êtes parti avec le soleil à droite, pour revenir il doit être à gauche. Vérifiez la pression dans votre bloc. Outre le fait que cela vous permettra de calculer votre consommation (voir l’article : calculer sa consommation d’air), noter ce paramètre vous donnera une indication sur votre trajet retour. En effet, si vous avez consommé quatre-vingt-dix bars, il vous en faudra autant (en fonction des conditions du milieu, comme les courants, bien sûr) pour revenir.

 Utilisez un compas
compas
Bien sûr, l’utilisation d’un compas réduit fortement le risque de se perdre pour peu que l’on sache s’en servir. Je vous expliquerai dans un prochain article comment utiliser cet instrument. Certains considèrent que cette manière de s’orienter n’est pas « noble », mais qu’importe, l’essentiel est de retrouver son chemin. De toute manière, le compas sera indispensable en cas de très mauvaise visibilité.

Il existe aussi des systèmes GPS, mais on les rencontre très rarement sous l’eau.

 Les indications données par le milieu lui-même
Pour savoir si vous nagez de manière parallèle ou perpendiculaire à la côte, observez le fond sableux. Le ressac forme de petites lignes d’ondes parallèles à la côte. Au moment du départ, l’ancre était-elle posée sur un fond sableux ou rocailleux ? Y avait-il de la végétation et dans quel sens allait le courant ? En cas de courant, pensez à partir face à ce dernier, le retour sera plus facile et vous aurez ainsi un repère supplémentaire pour vous orienter. Attention tout de même, sachez que selon les endroits où vous plongez, les courants peuvent changer de sens en cours d’immersion.

Vous l’aurez compris, le sens de l’orientation est en fait une simple méthode d’observation que certains vont appliquer de manière intuitive (je vous conseille ce livre : l’orientation sous-marine en plongée loisir). Si ce n’est pas votre cas, n’hésitez pas à participer à des plongées d’initiation à l’orientation. De nombreux clubs et structures en proposent et il existe même un brevet spécifique chez Padi : le brevet Underwater Navigator qui requiert deux ou trois plongées en milieu naturel. À l’occasion de cette formation, vous pratiquerez de nombreux exercices : estimation des distances, navigation selon un cap, technique pour tracer une carte sous-marine ou encore recherche d’un objet ou d’un plongeur sous l’eau.

Toujours dans le système PADI, si vous êtes Openwater (ou d’un niveau équivalent) et que vous décidez d’aller vers l’Advence Openwater, vous pratiquerez une plongée aventure « orientation sous-marine » qui comptera pour la première plongée de l’Underwater Navigator. Un excellent moyen de tester la spécialité et d’apprendre déjà les bases de l’orientation.

Voir cette vidéo

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *