Comment retrouver un objet perdu sous l’eau ?

Nous allons voir, ici, de quelle manière on peut retrouver un objet perdu sous l’eau.
Il y a une sorte de dicton, chez les gens de mer, qui prétend que tout ce qui se trouve sur un bateau risque de finir, un jour ou l’autre, au fond de l’eau. C’est inévitable, des objets tombent tous les jours des embarcations : lunettes, masques, palmes, ordinateur de plongée, clés de voiture (j’ai eu un jour à rechercher les clés d’une Lamborghini) quand ce n’est pas le moteur du bateau lui-même (si, si, ça arrive) qui s’abîme dans les fonds marins.

Image parDavid Mark de Pixabay

Alors, soyons clairs, à la fin de cet article vous ne serez pas un expert de la recherche sous-marine – il existe des formations spécifiques pour cela, chez Padi, notamment – mais vous aurez une bonne idée sur la manière de procéder.

Prérequis

Avant de commencer une recherche, il faudra tout d’abord prendre certains éléments en compte :

  • La nature de l’objet
  • Délimitation de la zone de recherche
  • La topographie (au fond)
  • La profondeur
  • Le mouvement de l’eau
  • La visibilité

La planification

Lors de la planification, il faudra délimiter une zone de recherche

La connaissance de ces éléments vous permettra de passer à la phase suivante : la planification. En effet, comme pour toute plongée, la priorité des priorités est de penser à votre sécurité et à celle des autres plongeurs qui vous accompagnent. La planification est une phase essentielle à la réussite de l’opération. Il faut prévoir, comme pour une plongée classique, les temps d’immersion, les profondeurs, les paliers, le volume d’air… mais il faudra également savoir à l’avance comment on va procéder. Pas question d’improviser au dernier moment, sur le fond.

Appliquer un schéma

Si vous partez à l’aventure, dans tous les sens, il y a de fortes chances que votre recherche n’aboutisse pas. Il faut procéder avec méthode et utiliser l’une des trois principales méthodes de recherches classiques : en U, en carré spiralé ou circulaire. Les deux premières méthodes ne demandent pas (peu) de matériel, pour la troisième, il faut être deux et posséder un dévidoir.

Schéma en U

Schéma en U pour une recherche d'objets perdu sous la mer

Cette recherche est utile pour retrouver de petits objets, dans des eaux calmes et sur un fond relativement dégagé. Elle est aussi efficace dans des environnements plus torturés, pour la recherche de gros objets. On peut l’utiliser lorsque la zone de recherche est étendue.

L’idée est de partir d’un point donné (qu’on n’oubliera pas de repérer) ; de nager en ligne droite sur une distance adaptée à la surface de recherche ; de faire un premier virage à 90 degrés sur une courte distance, puis un nouveau virage à 90 degrés jusqu’à la hauteur du point de départ. On recommence ensuite de manière à ce que deux virages à droite alternent avec deux virages à gauche.

À moins que vous ne soyez un dieu en matière de navigation, utilisez un compas pour nager en ligne droite, prendre vos virages à 90 degrés et comptez vos coups de palme pour parcourir des distances régulières.

Schéma en carré spiralé

Schéma en carré spiralé pour une recherche d'objets perdu sous la mer

Cette recherche est utile pour retrouver des objets de taille moyenne sur des fonds accidentés, dans une eau calme ou légèrement agitée.

Partez du centre de la zone de recherche, nagez en ligne droite sur une petite distance, faites un virage à 90 degrés (toujours en vous aidant de votre compas), nouveau virage à 90 degrés sur une distance légèrement plus longue, encore un virage à 90 degrés en rajoutant encore quelques mètres… enfin, bref vous avez compris le principe. Pour mesurer les distances, comptez à nouveau vos coups de palmes.

Schéma circulaire

Recherche d'objets tombés à la mer, schéma circulaire

Cette méthode est très précise pour de petits objets, perdus sur une surface de petite dimension. Elle s’avère précieuse si l’eau est agitée. Pour la mettre en œuvre, il faut être deux et posséder un dévidoir.

La technique est simple. Un des deux plongeurs tiendra le dévidoir et servira de pivot. L’autre plongeur nagera en tenant l’extrémité du bout que le plongeur pivot déroulera à chaque fois que le premier plongeur passera devant lui. La longueur de bout lâchée, chaque fois dépend, notamment, de la taille de l’objet. Bien sûr on peut faire le contraire et le nageur peut tenir le dévidoir.

Voici donc trois techniques de recherche, enseignées dans les formations « recherches et récupération » des différentes organisations. Il en existe d’autres, mais avec celles-ci vous devriez être armés pour faire face à de nombreuses situations.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *