Cinq couteaux de plongée pour se sortir de toutes les situations

Le couteau de plongée est un accessoire indissociable de l’image du plongeur sous-marin. Porté au mollet, à la ceinture ou sur la stab, il ne sert évidemment pas à se défendre contre la vie marine. Il trouvera par contre toute son utilité pour couper un fil de pêche enroulé autour d’une palme, trancher les mailles d’un filet dont on se sera imprudemment approché et dans bien d’autres situations encore.

Voici une sélection de cinq couteaux et outils tranchants que j’ai testés pour vous.

Le couteau de plongée Scubapro K4

Couteau de plongée Scubapro
Cliquez ici pour voir le prix sur Internet

Le Scubapro K4 est un petit couteau de plongée que j’adore. Je l’emporte toujours avec moi, même si ce n’est pas toujours avec lui que je plonge. Sa petite taille permet de le fixer sans problème sur la stab. Il est fermement maintenu dans son étui par un mécanisme à bascule, très facile à manœuvrer sous l’eau. Son manche a une forme ergonomique et tombe parfaitement dans le creux de la main. Sa lame de 9 centimètres est, bien entendu, en acier inoxydable. Elle est épaisse et solide.

Le Scubapro K4 possède un côté tranchant, un côté cranté et un coupe câble. En plus, son prix est accessible : une quarantaine d’euros en moyenne.

Certains le trouveront un peu petit, dans ce cas, il pourra tout à faire office de couteau de secours.


Les cisailles Aqualung

Couteau de plongée Aqualung
Cliquez ici pour voir le prix sur Internet

Les cisailles Auqalung cumulent plusieurs avantages. Fermées, elles offrent toutes les fonctionnalités d’un bon vieux couteau de plongée, bien solide et bien dimensionné. Déverrouillées, on obtient un outil très pratique pour découper fils de pêche, vieux filets et pour bricoler sur le bateau.

Les cisailles Auqalung existent en deux dimensions : avec une lame de 11 cm (le modèle que je possède) et un plus grand modèle, avec une lame de 16 cm. Les lames sont solides, tout comme l’axe. J’ai traîné cet outil un peu partout, y compris dans des endroits où il fallait rincer le matériel à l’eau saumâtre et, quatre ans plus tard, je n’ai qu’un tout petit point de rouille qui est apparu près du coupe câble.

On retrouve bien entendu sur les lames en très bel acier, un côté tranchant, un côté dentelé et un coupe câble. C’est, à mon sens l’un des meilleurs choix que j’ai faits dans mon matériel.

Le prix est bien sûr un peu plus élevé que pour le K4 de Scubapro (aux alentours des 80 euros), mais ce n’est pas du tout la même classe d’outils.

Le petit moins, si je devais en trouver un, serait l’étui. Ils est certes solide, mais je n’aime pas trop le système de blocage par deux ergots en plastiques qui rentrent dans le manche.


Le couteau de plongée Diablo pro d’Aqualung

Couteau de plongée Aqualung
Cliquez ici pour voir le prix sur Internet

Le couteau de plongée Diablo Professional d’Aqualung possède un superbe look, avec sa poignée bimatières très ergonomique. Sa belle lame de 14 cm de long, pour une épaisseur de 4,5 mm, fait sérieux. Elle est en acier inoxydable de qualité marine. Tranchante d’un côté, équipée avec une dentelure de l’autre et de l’incontournable coupe câble, elle possède en outre un évidement central qui peut servir d’outil, pour dévisser une manille, par exemple.

Le petit moins, à mon avis, provient de la gaine. Le mécanisme de verrouillage est  efficace, mais un peu difficile à manœuvrer sous l’eau.

Le Diablo pro reste, néanmoins un magnifique couteau, un peu grand à mon goût, mais ceci est une question de goût personnel.


Le couteau de plongée Aqualung Small Squeeze Blunt

Cliquez ici pour voir le prix sur Internet

Le couteau Aqualung Small Squeeze Blunt est un tout petit couteau, avec une lame de 9 cm. Une dimension, à mon avis, bien suffisante pour parer à la plupart des situations que l’on peut rencontrer en plongée. Il peut se monter, grâce à divers accessoires dédiés (en principe livrés avec), sur la stab, se porter à la ceinture ou sur le mollet. La lame possède une partie tranchante et une partie crantée sur le même fil. C’est assez curieux, mais pas vraiment gênant. Le système de verrouillage de la gaine est efficace et libère facilement le couteau sous l’eau. La poignée semble très résistante à l’abrasion, mais je n’ai pas trop aimé la prise en main.

 


Le coupe câble Cressi en titane

Cliquez ici pour voir le prix sur Internet

Le coupe câbles Cressi n’est pas vraiment un couteau, mais je vous le présente quand même, car il possède de nombreuses qualités. Sa résistance à la corrosion, tout d’abord. En effet, l’instrument est en titane est donc quasi insensible à l’action de l’eau de mer. Sa petite taille ensuite qui permet de l’accrocher presque n’importe où sur l’équipement. Son étui en nylon, pourvu d’un mousqueton est très pratique pour cela. Son ergonomie, enfin, car il est très facile à prendre en main et à manipuler sous l’eau. C’est un accessoire à utiliser, pourquoi pas, en complément d’un couteau. On peut l’accrocher de telle manière que, si le couteau devient inaccessible pour une raison ou une autre, on puisse tout de même s’en saisir.

Pour le choix de votre couteau de plongée, vous pouvez vous référer à cet article : les couteaux de plongée

Si vous avez un couteau que vous affectionnez particulièrement, n’hésitez pas à nous le présenter dans les commentaires.

2 comments

  1. J’utilise un Eezycut qui a pour avantage de se fixer sur le bracelet de l’ordinateur et est accessible très rapidement même avec mes gants étanches. Prix entre 30 et 40 € suivant les boutiques.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *