Pourquoi a-t-on froid en plongée sous-marine

Vous le savez, on se refroidit bien plus vite dans l’eau que dans l’air. Même dans une mer relativement chaude, un plongeur finira par ressentir les effets du froid. Le corps va alors lancer une procédure de sauvegarde. Lorsque le processus échoue, on entre en hypothermie. Mais pourquoi se refroidit-on aussi vite dans l’eau ?

le froid en plongée

L’eau, une des plus grandes capacités thermiques dans la nature

Tous les corps physiques doivent absorber de la chaleur pour augmenter leur température. Cela peut sembler une lapalissade, mais c’est une loi physique. La quantité de chaleur nécessaire pour augmenter la température d’un corps s’appelle sa capacité thermique. Plus la capacité thermique est élevée, plus ce corps à besoin d’absorber de chaleur pour augmenter sa température propre.

Manque de chance pour nous, l’eau à une capacité thermique très élevée. Elle absorbe et conduit la chaleur environ vingt fois plus vite que l’air. Le corps produit de la chaleur plus vite que l’air ne peut l’absorber, mais ce n’est pas le cas dans l’eau.

Voilà qui explique pourquoi on se sentira à l’aise dans l’air à 21 ou 22°C, alors que dans une eau à la même température, on aura rapidement froid, sans protection thermique.

On estime qu’il faudrait une eau a environ 34°C pour qu’un homme de corpulence moyenne, sans protection, ne ressente pas les effets du froid. Cela varie bien sûr d’une personne à l’autre et même d’un sexe à l’autre.

Pourquoi sommes-nous inégaux devant le froid en plongée ?

Froid en plongée

 

Nous ne sommes pas tous égaux devant le refroidissement en plongée sous-marine, car celui-ci dépend de plusieurs facteurs.

Les conditions d’immersions sont, bien entendu, prépondérantes. La température de l’eau, la durée de la plongée et les caractéristiques de la protection thermique (la combinaison de plongée) sont déterminantes. Mais ce n’est pas tout. En effet, nous n’avons pas tous la même capacité à produire de la chaleur.

La graisse tient plus chaud que le muscle

surpoids et froid en plongée

Eh bien c’est faux ou tout au moins pas vraiment vrai. En effet, c’est bien le muscle qui produit de la chaleur lorsqu’il est en mouvement. La graisse quant à elle est un isolant. Or, il se trouve que – généralement – les gens en surpoids ont tendance à moins bouger, donc à moins produire de chaleur. C’est un peu le serpent qui se mord la queue, d’après une étude d’Anne Lonbès, directeur de recherche à l’Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm).

D’autres facteurs favorisent le froid en plongée

Le ratio graisse/muscle n’explique cependant pas tout. La sensation de froid peut avoir de multiples autres facteurs. Ainsi, plonger avec l’estomac vide va favoriser le refroidissement. L’état physiologique joue également un grand rôle, tout comme l’état psychologique. Plonger en étant un peu patraque ou déprimé va augmenter le mal-être et le corps aura plus de difficultés à lutter contre le froid.

N’ignorez pas les signaux d’alerte

Le corps humain est une machine extraordinaire. Il est doté de mécanismes de défense exceptionnels, mais il a tout de même ses limites.

En ce qui concerne le froid, le corps va toujours chercher à conserver la température des organes vitaux : cœur, cerveau… c’est ce que l’on appelle la température centrale. Pour cela, il va tout d’abord limiter la circulation périphérique. Les extrémités sont les premières à ressentir les effets du froid. Les doigts de pied, les mains s’engourdissent. Dans le même temps, les tremblements apparaissent. C’est une tentative pour produire de la chaleur en faisant bouger les muscles de manière automatique (d’où l’intérêt d’avoir une bonne masse musculaire). Ignorer ces signaux d’alerte pourrait conduire à l’étape suivante : l’hypothermie.

L’hypothermie, c’est quoi ?

thermomètre

L’hypothermie survient lorsque les mécanismes de défense ont échoué. Le corps baisse les bras, en quelque sorte. Les tremblements s’arrêtent, on entre dans une phase de confusion mentale, de fatigue et de somnolence qui peut conduire au décès. Un médecin m’expliquait même que, dans des cas extrêmes, on avait retrouvé des personnes mortes de froid, dans la nature, totalement dévêtues, car en phase finale, on pouvait aussi ressentir une extrême sensation de chaleur.

En résumé, le froid en plongée doit-être traité avec le plus grand sérieux. Il faut savoir que lorsque le processus est engagé, il ne pourra jamais revenir en arrière. Cela va toujours aller en s’aggravant. Pour cette raison, si vous avez vraiment froid, il faut absolument mettre fin à la plongée. Prévenez le reste de la palanquée,  remontez ensemble et réchauffez-vous progressivement.

N’hésitez pas également à consulter ces articles :

Si vous avez vécu une mauvaise expérience à cause du froid, n’hésitez pas à nous la faire partager.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *